Articles

« La vie c’est maintenant »

Cette citation extraite du poème de Jacques Prevert me vient souvent à l’esprit lorsqu’une opportunité s’offre à moi et qu’elle contient une part plus ou moins importante de risque.

« J’en ai envie, c’est tentant, mais… On ne sait pas toujours si ça sera bénéfique au bout du compte…  »

« La vie c’est maintenant, demain il sera trop tard ».

Une opportunité ne se présente pas toujours deux fois et cela veut dire qu’il faut se mettre dans les dispositions où on pourra l’entrevoir et la saisir.
Cette citation, je la relie au concept de sérendipité, la capacité à faire par hasard une découverte inattendue et à en saisir l’utilité. Il s’agit d’être agile, savoir accueillir l’inattendu, dépasser les croyances limitantes. Faire d’un revirement de situation la possibilité d’une chance.

Cela m’a beaucoup inspiré lorsqu’une déviation s’offrait à moi mais que ça n’était pas forcément mon plan de départ.

Des remords ? A peine.

Des regrets ? Aucun.

Pour moi, l’ouverture d’esprit est la clé de la réussite d’une carrière heureuse, en alignement avec ses valeurs, en adéquation avec son chemin de vie.

Une carrière réussie n’est pas forcément la plus linéaire, ascensionnelle, c’est celle qui vous permet de rester qui vous êtes, de s’inscrire en harmonie avec votre vie, à l’instant T, là où seront vos besoins, en acceptant une certaine part de lâcher prise.

👉   Le bilan de compétence apporte ce temps d’arrêt, cette connexion avec le moment, pour préparer le passage à l’action car la vie c’est maintenant.

#reconversionprofessionnelle #bilandecompetences #orientation #changement #mindset #serendipite #coaching #coach #femmeentrepreneurs #carriere #2mfortalent #projetprofessionnel #chance #opportunite

Merci à notre coach Marjolaine Macquerel pour cet article. 

Marcher, c’est comme respirer, manger, dormir… c’est ancré dans notre vie en mode automatique.

Marcher permet d’aller d’un point à un autre, éventuellement de « prendre l’air » le week end.

Mais c’est bien plus que cela! Des chercheurs ont montré que marcher augmente notre potentiel créatif, améliore notre humeur, lutte contre les effets de l’anxiété et agit aussi sur les états dépressifs. Des thérapeutes se mettent d’ailleurs à organiser des marches thérapeutiques de plusieurs jours avec leurs patients pour les aider à aller mieux et trouver un sens à leur vie (source: psychologie magazine- aout 2016)

Marcher cela met tout le corps en mouvement, et pas seulement, cela met aussi tout le système cognitif en mouvement. L’éveil de tous vos sens vous ouvre sur d’autres perspectives, permet de prendre du recul.  Socrate marchait et discutait avec ses disciples. Le mouvement libère de l’adrénaline et de l’endorphine (hormone “du bonheur”) qui facilitent la réflexion.

Idées pas claires

Alors la prochaine fois que vous êtes bloquée sur un truc, que vous n’avez plus d’idées… ne restez pas assise à ne rien faire!

Sortez, allez faire un tour dehors, même pour quelques minutes. Vous verrez que cela vous fera de bien et que vous aurez un autre regard sur la situation en revenant.

Le fil de la JOIE est au coeur du modèle IKIGAI, un modèle japonais dont on entend de plus en plus parler en France. L’IKIGAI est un concept qui invite à équilibrer votre vie, donner du sens, réaliser votre mission personnelle avec des actions très concrètes.

 

Le plus simple pour l’expliquer est de regarder le schéma. Votre IKIGAI personnel est au centre, à la croisée de ce que vous aimez, ce que vous voulez, ce que vous pouvez faire (avec une rémunération) et du domaine dans lequel vous excellez.

Il y a de la JOIE, quand vous êtes au centre, que vos actions sont alignées avec vos aspirations, vos talents et que vous êtes utile au monde autour de vous.

Auto-coaching : Où en êtes-vous aujourd’hui?

Savez-vous en quoi vous êtes douée?
Faites-vous ce que vous aimez au quotidien? (NB: Il faut au minimum 15% d’activités épanouissantes dans une journée pour se sentir bien.)
Avez-vous le sentiment d’être utile?
Etes-vous rémunérée pour utiliser vos talents au service de quelque chose d’utile?

Vous avez répondu Oui partout : bravo, vous y êtes! Votre IKIGAI est cohérent, vous êtes épanouie dans ce que vous faites.

Si vous répondez au moins une fois NON: vous devez peut-être réfléchir à ce que vous devez changer dans votre vie pour vous recentrer davantage. Vous pouvez aussi participer à un atelier « Decouvrez votre Ikigai » pour gagner en clarté sur vos motivations profondes, vos actions, vos missions….

 

EnregistrerEnregistrer

Le plafond de verre est constitué de ces stéréotypes qui freinent la carrière des femmes car elles s’auto-limitent ou sont limitées par leur entourage. Voici une croyance populaire qui va influencer négativement l’affirmation de soi des filles.

« Les filles sont plutôt polies et calmes alors les garçons ont besoin de bouger beaucoup, ne tiennent pas en place et ont tendance à interrompre souvent en cours.»

Selon une étude réalisée dans une école maternelle en suède, les enseignants laissent les garçons parler plus longtemps et occuper 2/3 du temps de parole. Ils tolèrent que les garçons parlent plus fort, interrompent, s’imposent alors que les filles doivent attendre leur tour pour participer. De même, concernant le rapport à l’espace dans la cour de récréation, les garçons occupent plus de place avec des jeux de ballons, reléguant les filles dans les coins avec des jeux calmes.

Conséquence, les filles APPRENNENT à ne pas déranger, à attendre leur tour de parole poliment alors que les garçons, dès le plus jeune âge, apprennent à occuper les espaces, s’affirmer, prendre le dessus dans les débats.

Et dans la vie en entreprise? Dans une réunion avec des hommes, une femme aura moins de temps de parole, aura plus de mal à affirmer son point de vue. Elle sera aussi plus facilement interrompue et n’osera faire de même par politesse. Etre trop polie, c’est un frein!

On confiera également plus facilement un poste de manager avec responsabilité à un homme. Comme c’est un garçon, il saura s’imposer, s’affirmer. J’en discutais récemment avec une femme leader dans un grand groupe. Elle m’avoua qu’à chaque promotion, on remettait en doute sa capacité à manager une équipe plus grande. Le plus difficile fut quand elle fut challengée pour prendre un poste de manager de 140 hommes. Elle s’était alors redressée de toute sa taille (plus d’1m80 quand même, ça aide à en imposer) et avait affirmé avec assurance, droit dans les yeux, aussi bien que l’aurait fait un homme, qu’elle en était capable. Et elle a eu le poste.

 

MES CONSEILS DE COACH
Pour vaincre les obstacles liés aux mentalités et aux stéréotypes, vous devez d’abord compter sur vous-même et  repérer votre façon de penser puis tester des comportements différents. Posez-vous la question: « si j’étais un homme, cela se passerait-il de la même façon? » comme le propose la coach Brigitte Laloupe. Cela permet de prendre conscience de la situation et ensuite de ne pas vous laisser faire.

Affirmez-vous le plus souvent possible. Osez parler de ce qui vous tient à coeur, des sujets importants que vous voulez défendre même si l’assemblée à dominante masculine n’est pas sur la même longueur d’onde.

Ne vous laissez pas marcher sur les pieds: tout en restant calme, relevez tout de suite les situations où on ne vous donne pas la parole. « Luc, vous m’avez coupé la parole 3 fois depuis 10 min. J’aimerais exprimer mon argument jusqu’au bout. Merci. » Si vous avez du mal à vous affirmer dans certaines situations, je vous suggère de vous entrainer dans des situations plus faciles, sans enjeu.

Pour aller plus loin et devenir une experte de l’affirmation de soi: vous pouvez suivre une formation à l’affirmation de soi ou faire appel à un coach pour lever les derniers freins qui vous retiennent encore.

Françoise Clechet
Spécialiste en évolution de carrière des femmes